Biographie

Née en 1964, Olivia Grandville reçoit une formation classique à l’École de danse de l’Opérade Paris et intègre en 1981 le corps de ballet où elle obtient le grade de sujet dès 1983. Entre 1983 et 1988, elle a l’opportunité de traverser, outre le répertoire classique, des œuvres de Balanchine, Limon, Cunningham, de participer aux créations de Alvin Ailey, Karole Armitage, Maguy Marin, Dominique Bagouet, Bob Wilson (…).

En 1988, elle choisit de démissionner pour se consacrer à la danse contemporaine. Après une création avec J.F Duroure, elle rejoint la compagnie Bagouet en 1989 et participe à toutes les pièces jusqu’en 1992. C’est là qu’elle commence à mener ses propres projets auxquels elle se consacrera totalement à la mort du chorégraphe. Elle est membre fondateur de l’association Les Carnets Bagouet, et participera à cette aventure jusqu’en 2002, continuant à prendre en charge par la suite divers remontages, notamment ceux de So Schnell et Jours Étranges en 2007 pour le Ballet de Genève.

Impliquée également dans l’association des « Signataires du 20 Août », Olivia Grandville continue de développer son travail personnel pour lequel elle reçoit le prix "Nouveau talent" de la SACD en 1996. Elle coréalise également avec le metteur en scène Xavier Marchand diverses pièces, notamment LeK de E et Beaucoup de colle autour du l’œuvre de l’artiste et auteur Kurt Schwitters, et un projet au long cours autour de la culture arménienne, effectuant plusieurs voyages entre 1999 et 2002. Ce projet donnera naissance à deux créations Sept miniatures pour Paradjanov en coréalisation, et Paris-Yerevan.

À partir de 2004, Comment Taire inaugure une période de recherche mené avec l’Ircam, autour de la captation du geste dans un environnement de traitement de son. Ce travail se poursuivra avec Octa 7 pour le jeune ballet de Lyon, puis My Space en 2008 au Centre Pompidou.

En 2010, le Ballet national de Marseille lui passe commande d’une pièce sur pointes, Ci-Giselle. La même année, une autre commande du Festival d’Avignon, donne naissance à Une semaine d’art en Avignon dans le cadre des Sujets à Vif. Le Cabaret discrépant, fruit d’un travail de recherche autour des partitions chorégraphiques lettristes, y sera présenté l’année suivante, en 2011. En 2012,Cinq Ryoanji, chorégraphie en dialogue avec les pièces éponymes de John Cage est créé en collaboration avec l'ensemble de musique contemporaine ]H[iatus.

Entre 2013 et 2016, elle créée plusieurs pièces qui mettent en jeu un seul interprète : elle met en scène un texte de Grégoire Bouillier, L’invité mystère, dans le cadre du festival Actoral, crée en février 2014 Le grand jeu – solo "sous influence" en dialogue avec le cinéma de John Cassavetes et la figure de Gena Rowlands – puis, suite à une commande de Théâtre Ouvert, elle crée Toute ressemblance ou similitude d'après un texte d'Aurore Jacob. Dans le même temps, elle engage les projets plus volumineux que sont Foules – création pour une centaine d’amateurs – créé en 2015 et Combat de Carnaval et Carême, créé en janvier 2016 au lieu unique puis présenté notamment à la Biennale de la Danse de Lyon, dans le cadre du Focus danse, ainsi qu’aux Rencontres chorégraphiques internationales de Seine Saint-Denis (2017).

Installée depuis 2011 à Nantes, en Pays de la Loire, elle est artiste associée au lieu unique de 2017 à 2019. Elle prépare sur cette période deux nouvelles créations : À l’Ouest, qui sera créée au lieu unique en mai 2018 après une étape présentée à la Ménagerie de verre en 2017, puis À la colle (saison 2018/2019), puis Danemark (saison printemps 2019) un dispositif de création conçu avec Yves Godin pour le lieu unique.

Parallèlement à son travail de chorégraphe, elle est aussi enseignante, improvisatrice, et interprète, notamment auprès de Vincent Dupont (Incantus 2007) et Boris Charmatz (Flipbook 2008, La levée des conflits 2010, 20 danseurs pour le 20èmesiècle 2012). Elle collabore régulièrement avec le Musée de la danse, récemment pour la mise en œuvre de Roman Photo, version pour amateurs de Flip Book, qu’elle a mis en scène en 2013 au TU de Nantes, et pour laquelle elle a été sollicitée à La TATE Modern de Londres (2014), puis à La Biennale de Venise (2014). Elle collabore en 2016 avec César Vayssié dans la performance Coproud, présentée à la Fondation Louis Vuitton dans le cadre de la FIAC puis à la Ménagerie de Verre.


Plus d'infos : http://www.olivia-grandville.c...

Dates surlignées : activités ouvertes au public

Archives

juin 2019

  • 5 juin au 5 juillet
    Exposition "Échauffement général" de Jocelyn Cottencin

    La chambre d'écho, ICI—CCN [entrée libre]
    → mercredis et jeudis de 14h à 18h / vendredis de 14h à 17h

    En savoir plus

  • 5 juin au 6 juillet
    Activations menées dans le cadre de l'exposition de Jocelyn Cottencin

    → 5 juin à 18h30 | 19 juin à 18h30 | 25 juin à 17h | 26 juin à 18h15 . La chambre d'écho, ICI—CCN
    → du 11 au 14 juin à 7h30 . Promenade du Peyrou, Montpellier

    En savoir plus

  • 8 juin au 28 juillet
    Participation des étudiants à l'événement "100 artistes dans la ville - ZAT 2019"

    VOXELS – des modules à habiter par le travail de la danse
    Organisé par le MOCO - Montpellier Contemporain

    En savoir plus

  • 11 au 12
    Publications M1 — Master exerce
  • 14 au 15
    "d'après une histoire vraie" de Christian Rizzo
  • 22 au 23
    "une maison" de Christian Rizzo
  • 22
    Performances menées par les étudiants dans le cadre de l'événement "CAMPING"

juillet 2019

  • 31 juillet au 3 août
    "d'après une histoire vraie" de Christian Rizzo

    Lycée Decourt, Paris
    — dans le cadre du Festival Paris l'été

    En savoir plus

septembre 2019

  • 21 au 22
    Visites d'ICI—CCN

    Journée du patrimoine.
    ICI—CCN → [entrée libre]