Dates surlignées : activités ouvertes au public

avril 2017

  • 26 au 28
    "le syndrome ian" de Christian Rizzo

    Théâtre de Chaillot, Paris
    — dans le cadre de "Hors les murs" du Théâtre de la ville

    En savoir plus

  • 27 au 30
    Workshop — Body Weather avec Christine Quoiraud

    Théâtre la Vignette → 10h à 16h [danseurs professionnels et amateurs]

    En savoir plus

mai 2017

  • 2 au 5
    Pratique du matin/exerce avec Brigitte Chataignier

    ICI—CCN → 10h à 12h [danseurs professionnels]

    En savoir plus

  • 4 au 5
    "ad noctum" de Christian Rizzo

    Pôle Sud – Théâtre Hautepierre, Strasbourg

    En savoir plus

  • 9 mai au 31 juillet
    "TTT : tourcoing-taipei-tokyo (fom 1)" de Christian Rizzo et Iuan-Hau Chiang

    Shangai Minsheng Art Museum (Chine)
    — dans le cadre de l'exposition Listening to transparency (commissariat : Grame, Centre national de création musicale)

    En savoir plus

  • 11
    Le club de danse : I-Fang Lin

    ICI—CCN → 19h à 21h [tous publics]

  • 13
    Transmission de répertoire à partir de "ad noctum" de Christian Rizzo

    Nocturnes transpositions — Conservatoire de Montpellier / Julie Guibert et Christian Rizzo 
    Opéra Comédie → 15h et 19h [entrée libre]

    En savoir plus

  • 16
    Sujets — Soirée avec exerce : Caty Olive

    ICI—CCN → 18h à 21h [entrée libre]

  • 18
    "d'après une histoire vraie" de Christian Rizzo

    Théâtre Le Manège, Mons (Belgique)
    — dans le cadre de "Tout Mons danse"

    En savoir plus

  • 19
    "sakınan göze çop batar" de Christian Rizzo

    Théâtre Municipal de Bastia

    En savoir plus

  • 22 au 25
    Publications

    Présentation publique des travaux des étudiants de 2nde année du master exerce
    ICI—CCN → 19h [entrée libre]

    En savoir plus

  • 22
    "sakınan göze çop batar" de Christian Rizzo

    Espace Diamant, Ajaccio

    En savoir plus

juin 2017

  • 13
    Publications

    Présentation publique des travaux des étudiants en 1ère année du master exerce.
    ICI—CCN → 19h [entrée libre]

    En savoir plus

  • 13
    "d'après une histoire vraie" de Christian Rizzo

    Israel Festival, Jérusalem (Israël)

    En savoir plus

Biographie

Christian Rizzo © Mario Sinistaj
Christian Rizzo © Mario Sinistaj

Avant la danse, Christian Rizzo monte un groupe de rock et une marque de vêtements à Toulouse puis suit une formation en art plastique à la villa Arson à Nice.

Arrivé à Paris en 1986 il rejoint le monde de la mode et le tourbillon créatif de la nuit.

Le hasard des rencontres le mène sur scène.

Autodidacte, il rejoint dès 1990 les chorégraphes et metteurs en scène Jean-Michel Ribes, William Petit, (Place Padovani et Ultima Vez), Mathilde Monnier (Face Nord et Je ne vois pas la femme cachée dans la forêt), Catherine Anne (Chaines et La ralentie), Hervé Robbe (Factory et Id), Mark Tompkins (HomeGravity et comme assistant sur Under my skin), Georges Appaix (Gauche-Droite), Vera Mantero (La chute d’un ego et Poésie et sauvagerie dont il signe également les bandes-son), Catherine Contour (ChambresAutoportrait avec Vaches et Autoportrait 9x9), Emmanuelle Huynh (Distribution en cours), et Rachid Ouramdane (Les absents ont toujours tortAu bord des métaphores+ ou – là, et Structure Multifonctions), en trio avec l’artiste Nicolas Floc’h, Alain Buffard (Good 4).

Tout en affirmant son travail d’interprète, il crée Y’là, solo (1997), présente projet-type(s), performance pour 20 participants hommes dans une vitrine en collaboration avec le compositeur Gerome Nox (1998), propose objet dansant n°1 et Hello Dolly au lab7-ginjal à Lisbonne, ainsi qu’une performance avec la designer Laur Meyrieux à la galerie « public » (Paris, 1999).

Parallèlement, il crée les costumes pour des chorégraphies de Mathilde Monnier, Hervé Robbe, Jean-Marc Eder, Félix Ruckert, Emmanuelle Huynh, Rachid Ouramdane, Vera Mantero, Sylvain Prunenec, Christian Bourigault et Catherine Contour, ainsi que des bandes-son pour certains d’entre eux. Il participe activement durant toutes ces années à des plateformes d’improvisation et performance avec notamment Joao Fiadeiro, Meg Stuart, Alain Platel, Frans Poelstra, Steve Paxton, Lisa Nelson, Simone Forti. Depuis 2002, il enseigne régulièrement en France et à l’étranger au sein d’écoles d’art et d’institutions chorégraphique. En 2013 il reçoit le prix de la Chorégraphie SACD  pour l’ensemble de son travail et en 2014, le Grand Prix danse du Syndicat de la critique  pour d'après une histoire vraie. En juillet 2014, il a été été nommé « offi­cier des Arts et des Lettres » par le ministère de la Culture et de la Communication. 
Au 1er janvier 2015, Christian Rizzo prend la direction du Centre chorégraphique national de Montpellier.

Désormais intitulé ICI (Institut Chorégraphique International), le CCN propose une vision transversale de la création, de la formation, de l’éducation artistique et de l’ouverture aux publics.​

Avec ICI—CCN Montpellier

2016

En juin, Christian Rizzo crée le syndrome ian, une pièce pour neuf danseurs qui accueille des souvenirs de clubbing et de la nuit. Elle correspond au troisième volet consacré à l’exploration des pratiques de danses anonymes confrontées à la notion d’auteur (suite à d’après une histoire vraie et ad noctum).

En octobre 2016, il crée l’installation avant la nuit dernière, spécialement pour la cour de l’Hôtel-Dieu, dans le cadre de la Nuit Blanche 2016 à Paris – sur une invitation de Jean de Loisy (directeur du Palais de Tokyo) et de la Fondation d’entreprise Hermès, dans le cadre de son programme New Settings. Cette création est une forme in situ éphémère : un disque de six mètres de diamètre associé à des fragments de son. Les mouvements du disque et les jeux de lumière sur sa surface font apparaître et disparaître des images : la silhouette diffractée d’un danseur, l’architecture néo -classique du plus ancien hôpital de Paris, en même temps que les corps mouvants des spectateurs...

Le même mois, il aménage un nouvel espace pour accueillir des expositions au sein d’ICI—CCN : La chambre d’écho. Ces expositions sont conçues pour mettre en relation les publics et le chorégraphique, et faire l’expérience de points de vue obliques et élargis sur les pratiques actuelles.

2015

En mars 2015, il est commissaire de Paysage, corps : contemplation, une exposition sur le thème du corps dans le paysage présentée au LUX – Scène nationale de Valence. La proposition est un cabinet de curiosités, avec une de ses œuvres (l’installation IL) et plusieurs artistes à ses côtés.

Puis en novembre, il crée le duo ad noctum, une pièce hommage à l’obscurité, puisant dans le large répertoire des danses de couples

Avec l’association fragile

2014

En novembre Christian Rizzo présentera le journal d’un disparu de Leoš Janáček  dont il assure la mise en scène et la scénographie à l’Opéra de Lille. En mars, il crée Ou pas, une installation vivante (en collaboration avec Caty Olive) spécialement imaginée pour le Ballet National de Marseille. Ces deux derniers mènent également un lightlab pour des duos créateurs lumières/chorégraphes dans le cadre de Dances dialogues-Odia au théâtre The Point à Eastleigh (UK). Christian Rizzo est commissaire de l’exposition Y es-tu ? consacrée à l’art vidéo et au nouveau cinéma d’œuvres d’artistes du fresnoy, coorganisée par l’Institut français du Japon à Yokohama et Redbrick Warehouse n°1. 

2013

En 2013, il crée De quoi tenir jusqu’à l’ombre une pièce pour la compagnie de lʼOiseau-Mouche - Roubaix et d’après une histoire vraie pour le Festival dʼAvignon, pièce pour 8 danseurs et 2 musiciens live.

En novembre 2013, il met en scène Aïloviou, je l'écris comme je le prononce de Didier Galas pour la compagnie Ensemble Lidonnes (création au festival Mettre en Scène 2013 - Rennes).

2012

Il crée deux piècesle bénéfice du doute ainsi que le solo sakınan göze çöp batar et met en scène lʼopéra Tannhäuser une production du Capitole – Opéra de Toulouse. Il crée également en collaboration avec Sophie Lalynéo-fiction , commande de On the Boards à Seattle – USA, pièce conviant vidéo et un musicien invité à chaque représentation. Le groupe lillois Cercueil est invité pour la première française présentée au Festival Automne en Normandie.

Il assure le commissariat d’ exposition à la Malterie "Traversée / projet fantastic" dans le cadre de Lille 3000, et mène un laboratoire de recherche à destination de jeunes artistes organisé par le Fresnoy de Tourcoing, le Phénix de Valenciennes et le Manège de Mons avec le soutien de la DRAC Nord Pas de Calais… 

2011

Il crée lʼinstallation / performance TTT : tourcoing-taipei-tokyo à lʼInstitut Franco - Japonais de Tokyo.

Sur la saison 2010 - 2011, il est artiste associé à deSingel – Anvers (Belgique) – et propose dans ce cadre expositions, événements et spectacles. Il est de nouveau artiste / professeur invité au Fresnoy - Studio national des arts contemporains (Tourcoing) et mène également des ateliers de recherche avec la compagnie de LʼOiseau Mouche à Roubaix.

2010

Il crée la pièce lʼoubli, toucher du bois pour sept danseurs à l’Opéra de Lille.

Il met en scène trois opéras : Erwartung et Pierrot lunaire de A. Schoënberg et La Voix humaine de F. Poulenc, une production du Capitole – Opéra de Toulouse au TNT (Toulouse-.

Au Japon, il conçoit lʼexposition as me as a dog as - une série de photos présentée dans le cadre de la Yokohama France Vidéo (Collection 2010 à la Red Brick Warehouse, commissariat Stephen Sarrazin).

2009

En 2009, Christian Rizzo réalise une nouvelle pièce pour le Ballet de lʼOpéra de Lyon ni cap, ni grand canyon, et conçoit avec Bernard Blistène lʼexposition Le sort probable de lʼhomme qui avait avalé le fantôme, à Paris à la Conciergerie dans le cadre du Nouveau Festival du Centre Pompidou.

2008

Il crée la pièce mon amour, pièce pour 7 danseurs, 7 robots, 3 musiciens. La mécanique/robotique convoquée pour une scénographie en partie mouvante viendra se confronter aux danseurs comme partenaire de jeu et de composition.

Invité comme chorégraphe par la compagnie « dance forum » de Taiwan pour créer une pièce au théâtre national de Taipei, il inclut au processus de création la présence de Iuan-Hau Chiang, artiste multimédia spécialisé en images de synthèses 3D. Cette pièce comment dire "ici" ? viendra conclure le programme « résidence-exposition-enseignement-création » entamé en 2006 à Taipei.

Il crée également la pièce i-fang lin / christian rizzo dans le cadre du sujet à vif, Festival d’Avignon.

Invité comme artiste – professeur au Fresnoy sur l’année scolaire 2008-2009, il a initié une recherche sur les interfaces de lecture de code-barres et les textiles mémoires dans l’optique d’un solo. Ce projet sera aussi l’occasion de collaborations à la rencontre du design (David Dubois – galerie Kréo), de la mode (Christian Lacroix, Romain Kremer) et des arts plastiques (Takao Minami, Iuan-Hau Chiang).

2007

Pour la danseuse Julie Guibert il écrit le solo b.c, janvier 1545, fontainebleau.

Christian Lacroix l’invite à imaginer avec David Dubois une exposition pour les 20 ans de la maison de couture à la Villa Noailles à Hyères. L’exposition sera remontée par la suite à Paris, Vienne, Taipei, Santiago du Chili.

Il enseigne pendant trois semaines au mois août à l’université de Taipei et quinze jours à Montréal pour la compagnie de O’vertigo/Ginette Laurin.

Pour la compagnie via kathléong, il crée toutes sortes de déserts au festival d’Automne de Paris.

2006

Il crée le concert jusqu’à la dernière minute on a espéré que certains n’iraient pas aux Antipodes à Brest.

En septembre 2006 il réalise une exposition et une série de performances without you, with a view as you, invité au Taipei Artist Village de Taiwan.

Il dirige un workshop sur les relations danse et mode en collaboration avec le styliste Romain Kremer (lauréat du festival de Hyères 2005) au CN D - Pantin en partenariat avec Anomos. 

2005

Il crée soit le puits était profond, soit ils tombaient très lentement, car ils eurent le temps de regarder tout autour et comme crâne, comme culte pour Jean-Baptiste André au festival d’Avignon dans le cadre du vif du sujet, en partenariat avec la SACD.

Il expose au Museion – Bolzano (IT). Installation the death of the disco dancer.

2004

Christian Rizzo présente autant vouloir le bleu du ciel et m’en aller sur un âneen collaboration avec Caty Olive et Gerome Nox au Quartz de Brest.

Il conçoit la scénographie de l’exposition Le cas du sac pour l’UCAD et Hermès au musée des arts décoratifs de Paris, ainsi qu’une nouvelle pièce, ni fleurs, ni Ford Mustang, pour le ballet de l’Opéra de Lyon. 

2003

En résidence d’artiste à l’école supérieure des Beaux-Arts de Toulouse, il est invité pour deux expositions personnelles à l’Espace des arts de Colomiers et à la chapelle Saint-Jacques/ Centre d’art de Saint-Gaudens.

Il commence une collaboration avec Bruno Chevillon : ... /… (b) rencontre improvisée.

Il conçoit également une sculpture au dancing, proposition de David Rosenberg (mai 2003) à la galerie Michel Reins-Paris.

Le 13 novembre 2003, il présente numéro 13, une performance à la fondation Cartier dans le cadre des soirées nomades Odorama, sur le thème des parfums (reprise l’année suivante au Luxembourg).

2002

Pour + si affinités (Fiac 2002), il propose appartement-temoins, une performance-vidéo.

Au festival d’Avignon, il signe pour Rachid Ouramdane le solo Skull*cult dans le cadre du vif du sujet.

Au Quartz à Brest, il crée avant un mois je serai revenu et nous irons ensemble en matinée, tu sais, voir la comédie où je t’ai promis de te conduire. (grand prix de la critique 2002/2003, palmarès danse /révélation chorégraphique du syndicat professionnel de la critique dramatique et musicale).

2001

et pourquoi pas : « bodymaker », « falbalas », « bazaar », etc, etc...?, création au festival Danse(s) au quartz de Brest en février 2001.

Il réalise la même année dans les jardins de Barbirey Un mensonge (deux nuits d’été) un solo accompagné par le compositeur Gerome Nox pour le festival entre cour et jardins. 

2000

Il présente en France et à l’étranger 100% polyester avec l’éclairagiste Caty Olive