Dates surlignées : activités ouvertes au public

mars 2017

  • 16 mars au 6 avril
    Exposition — Vincent Dupont

    ICI—CCN [entrée libre]

    En savoir plus

  • 20 au 30
    Résidence Par/ICI: Marco Berrettini

    ICI—CCN

    En savoir plus

  • 29
    "ad noctum" de Christian Rizzo

    De Warande, Turnhout (Belgique)

    En savoir plus

  • 30
    Par/ICI: Marco Berrettini

    Body World Trip, ICI—CCN → 19h

    En savoir plus

  • 31
    "ad noctum" de Christian Rizzo

    cultuurcentrum Hasselt (Belgique)

    En savoir plus

avril 2017

  • 1 au 6
    Exposition — Vincent Dupont

    ICI—CCN [entrée libre]

    En savoir plus

  • 1 au 15
    Résidence Par/ICI: Mithkal Alzghair

    (dans le cadre du Par/ICI: d'Aurélie Charon)
    ICI—CCN

    En savoir plus

  • 2
    "sakınan göze çop batar" de Christian Rizzo

    Théâtre Anne de Bretagne, Vannes

    En savoir plus

  • 6
    "d'après une histoire vraie" de Christian Rizzo

    La Faïencerie, Théâtre Creil Chambly

    En savoir plus

  • 10 au 14
    Workshop avec Vincent Dupont

    ICI—CCN → 10h à 17h [amateurs avancés et professionnels]

    En savoir plus

  • 19
    Le club de danse : Mithkal Alzghair

    ICI—CCN → 19h à 21h [tous publics]

  • 20
    Par/ICI: Aurélie Charon

    Transaction de Mithkal Alzghair, ICI—CCN → 19H

    En savoir plus

  • 21
    Par/ICI: Aurélie Charon

    RADIO Live, ICI—CCN → 20h

    En savoir plus

  • 26 au 28
    "le syndrome ian" de Christian Rizzo

    Théâtre de Chaillot, Paris
    — dans le cadre de "Hors les murs" du Théâtre de la ville

    En savoir plus

  • 27 au 30
    Workshop — Body Weather avec Christine Quoiraud

    Théâtre la Vignette → 10h à 16h [danseurs professionnels]

    En savoir plus

mai 2017

  • 2 au 5
    Pratique du matin/exerce avec Brigitte Chataignier

    ICI—CCN → 10h à 12h [danseurs professionnels]

    En savoir plus

  • 4 au 5
    "ad noctum" de Christian Rizzo

    Pôle Sud – Théâtre Hautepierre, Strasbourg

    En savoir plus

  • 11
    Le club de danse : I-Fang Lin

    ICI—CCN → 19h à 21h [tous publics]

  • 13
    Transmission de répertoire

    Conservatoire de Montpellier / Julie Guibert : ad noctum de Christian Rizzo
    Opéra Comédie → 15h et 19h [entrée libre]

    En savoir plus

  • 16
    Sujets — Soirée avec exerce : Caty Olive

    ICI—CCN → 18h à 21h [entrée libre]

  • 19
    "sakınan göze çop batar" de Christian Rizzo

    Théâtre Municipal de Bastia

    En savoir plus

  • 22
    "sakınan göze çop batar" de Christian Rizzo

    Espace Diamant, Ajaccio

    En savoir plus

  • 22 au 25
    Publications

    Présentation publique des travaux des étudiants de 2nde année du master exerce
    ICI—CCN → 19h [entrée libre]

    En savoir plus

juin 2017

  • 12 au 17
    "d'après une histoire vraie" de Christian Rizzo

    Israel Festival, Jérusalem (Israël)

    En savoir plus

  • 13
    Publications

    Présentation publique des travaux des étudiants en 1ère année du master exerce.
    ICI—CCN → 19h [entrée libre]

    En savoir plus

Exposition #1

Du 8 octobre au 17 décembre 2016 — La chambre d'écho [entrée libre]

Une proposition de Christian Rizzo

En partenariat avec Le Fresnoy — Studio national des arts contemporains (Tourcoing)

En collaboration avec Pascale Pronnier

"A CENTER OF THE WORLD" de Oh Eun Lee
"A CENTER OF THE WORLD" de Oh Eun Lee
1 / 12 — "A CENTER OF THE WORLD" de Oh Eun Lee
"A CENTER OF THE WORLD" de Oh Eun Lee
2 / 12 — "A CENTER OF THE WORLD" de Oh Eun Lee
"NAUFRAGE" de Clorinde Durand
3 / 12 — "NAUFRAGE" de Clorinde Durand
"NAUFRAGE" de Clorinde Durand
4 / 12 — "NAUFRAGE" de Clorinde Durand
"COAGULATE" de Mihai Grecu
5 / 12 — "COAGULATE" de Mihai Grecu
"COAGULATE" de Mihai Grecu
6 / 12 — "COAGULATE" de Mihai Grecu
"ELEVEN" de Manon Le Roy
7 / 12 — "ELEVEN" de Manon Le Roy
"ELEVEN" de Manon Le Roy
8 / 12 — "ELEVEN" de Manon Le Roy
"PHONE TAPPING" de Hee Won Navi Lee
9 / 12 — "PHONE TAPPING" de Hee Won Navi Lee
"PHONE TAPPING" de Hee Won Navi Lee
10 / 12 — "PHONE TAPPING" de Hee Won Navi Lee
"THE STRAIGHT EDGE" de Fabien Giraud
11 / 12 — "THE STRAIGHT EDGE" de Fabien Giraud
"THE STRAIGHT EDGE" de Fabien Giraud
12 / 12 — "THE STRAIGHT EDGE" de Fabien Giraud

ELEVEN de Manon Le Roy — 2010, 14 minutes
Eleven 
conduit à observer le lent défilement d’êtres immergés. Ces présences énigmatiques composent cérémonieusement, par leurs regards, leurs attitudes et leurs gestes, un espace de visions, de soutien et de mémoire.

COAGULATE de Mihai Grecu — 2008, 6 minutes
Absences, présences et distorsions aquatiques dans une chorégraphie des fluides. Forces énigmatiques contorsionnent les lois physiques et affectent le comportement des êtres vivant dans des espaces épurés.

NAUFRAGE de Clorinde Durand — 2008, 6 minutes
Naufrage 
inventorie des hantises : la narration se fige sur l’instant arrêté. Naufrage raconte pourtant quelque chose. De quoi s’agit-il ? On ne sait pas... peut-être d’un accident, d’une dépression, d’une explosion ? Cette scène pourrait être l’acmé d’un scénario catastrophe : le moment d’émotion physique. Cependant aucun enchaînement ne vient chercher à expliquer cet état de fait.

A CENTER OF THE WORLD de Oh Eun Lee — 2009, 9 minutes
Une fille est en train d’aller à la gare pour prendre un train, pour reconquérir son amour disparu.

THE STRAIGHT EDGE de Fabien Giraud — 2005, 13 minutes
Une foule danse au son d’une musique que l’on n’entend pas devant un groupe que l’on ne voit pas. Reste le son des corps et de leurs mouvements, l’image d’un ordre changeant. The Straight Edge est une expérience appliquée à un concert de musique punk-hardcore. La foule et son intensité en sont le matériau. Les expressions communes de joie, de violence ou d’ennui sont les éléments d’une même fiction culturelle à travailler. Des formes y sont tentées, déplacées et répétées.

PHONE TAPPING de Hee Won Navi Lee — 2009, 10 minutes
Le film est construit à partir d’un moment de bascule imperceptible qui nous mène du jour vers la nuit, un instant fugace où ce qui a été n’est plus, où les choses peuvent revêtir une autre signification. Plusieurs voix-off qui se croisent par le téléphone portable sur les écoutes téléphoniques, qui parlent de fantômes, nous guident à travers la ville, tandis que la caméra semble en quête d’une parcelle de territoire, d’une concordance récit – image. La topographie du lieu s’avance et se construit en parallèle d’une autre topographie, elle mentale, jusqu’à, peut-être leur rencontre, quelque part ici, dans un nouvel espace psychique. Une histoire personnelle se livre à travers la ville de Séoul, à nous de la suivre et de choisir le terrain d’interprétation : vérité, conte (urbain)…