Wouter Krokaert

Du 18 janvier au 9 mars 2018 — La chambre d'écho [entrée libre]

Commissariat d'exposition Christian Rizzo

Ouverture de l'exposition : jeudi 18 janvier, à l'issue de la Fenêtre sur résidence de Paola Stella Minni et Konstantinos Rizos

Jours et heures d'ouverture : mercredi et jeudi de 14h à 18h / vendredi de 14h à 17h

© Marc Coudrais
© Marc Coudrais
1 / 3 — © Marc Coudrais
© Marc Coudrais
2 / 3 — © Marc Coudrais
© Wouter Krokaert
3 / 3 — © Wouter Krokaert

Interprète notamment auprès de Meg Stuart, Mette Edvardsen, Emmanuelle Huynh ou encore Christian Rizzo, Wouter Krokaert considère la danse et le dessin comme deux pratiques permettant d’aiguiser le regard et de le mettre en partage avec l’autre.

Ainsi, nous précise-t-il : « le dessin sur papier, me conduit à faire un pas en arrière pour mieux observer. Avec la danse, je mets de nouveau un pas en avant pour me placer à l’intérieur du sujet, mais il s’agit toujours d’une observation. »

En résidence la saison dernière à ICI—CCN, Wouter Krokaert est de retour afin de mettre en partage les matériaux constitutifs de cette œuvre au titre éthéré : Compositions sauvages – une recherche.

COMPOSITIONS SAUVAGES – une recherche

Au moyen de différents média, j’observe mon environnement. Je sonde ainsi le paysage pour mieux le pénétrer.

Le choix d’utiliser un médium précis résulte de l’envie de me concentrer sur un aspect particulier de l’ensemble. Dans mes dessins au crayon, par exemple, il s’agit de lignes, de directions, de contours ; alors que la photographie me permet d’examiner de plus près la couleur et le fonctionnement de la lumière.

Dans mon spectacle Kanttekeningen (dessins dans la marge), je voulais mettre en évidence le fait que j’assimilais mon travail de danseur et de chorégraphe à ma pratique du dessin, prenant aussi bien en considération les différences que les ressemblances du dessin, utilisant mon corps dans l’espace et le dessin sur papier. Esquisser plus clairement la trame que suit une recherche dans une discipline particulière me permettait de prendre plus de liberté dans cette recherche et d’en déplacer les repères. Ma recherche franchit alors la frontière des disciplines. Ce qui est étudié sur un terrain vient se renforcer et se compléter sur un autre.

Un pas suivant, qui résulte de cette recherche, est la création d’objets, de filtres et d’autres éléments graphiques qui réunissent ces différentes observations. Ici, à la différence de mes dessins sur papier et de mes photos, il ne s’agit pas d’une empreinte, ou du sédiment de la réalité observée, mais de la création de nouveaux éléments qui, pourtant, résultent aussi bien d’une observation, qu’elle soit visuelle ou issue d’une expérience physique. Ces éléments ne seront pas un objectif final mais serviront à la composition de nouveaux paysages.

Et c’est aussi cet acte en soi, – la composition, que je veux regarder de plus près. Cet acte de placer et de déplacer, de placer en rapport à, de se mettre à la place de, ce rapport du corps au temps, à l’espace, à l’objet, la composition en tant que mouvement plutôt qu’en tant que résultat.

Wouter Krokaert

COMPOSITIONS SAUVAGES – une vidéo

Cette vidéo est conçue comme un carnet de croquis, accompagnant une recherche menée souvent seul, parfois avec Marc Godts, architecte et collègue à l’université. Parallèlement à ce travail, un atelier de composition a été mené avec des étudiants en architecture d’intérieur, explorant l’espace à partir d’exercices physiques, mettant en jeu des objets créés en prenant ces mêmes exercices comme point de départ.

Pendant une année de recherche j’ai préparé le terrain, pour, dans une prochaine étape, confronter ce travail à une équipe composée de danseurs, une costumière, un éclairagiste et un compositeur de son afin de nous mettre en route vers un ensemble qui sera ce qu’est le dessin par rapport au croquis, non plus une esquisse de ce qui pourrait se faire, mais un endroit dans le temps et dans l’espace où l’on a envie de s’arrêter, au moins un instant, sur le rapport entre les choses.

Wouter Krokaert

Conception, réalisation et vidéo : Wouter Krokaert | Remerciements à : Marc Godts et Wim Goossens

Coproduction : ICI — centre chorégraphique national Montpellier – Occitanie / Pyrénées-Méditerranée / Direction Christian Rizzo | Avec le soutien de : workspacebrussels (Belgique), la Communauté flamande, Netwerk Aalst, la faculté d’architecture du KU Leuven, campus Bruxelles et Gand, kunstencentrum Buda et Zsenne Art Lab

Dates surlignées : activités ouvertes au public

Archives

septembre 2018

  • 29
    "le syndrome ian" de Christian Rizzo

    ICI—CCN Montpellier Occitanie

    En savoir plus