Par/ICI:

RUINE

Comment les choix ou les non choix composent ou défont une vie ? Comment déconstruire et reconstruire ? Très librement inspiré du Yi Jing, ou Livre des mutations hérité de la Chine antique, Erwan Ha Kyoon Larcher met son corps à l’épreuve des états - complémentaires, antagonistes - d’un mouvement perpétuel de transformation. Tomber pour mieux se relever, brûler pour renaître, lutter pour mieux résister. Opéra protéiforme aux ruses et moyens multiples, RUINE cherche dans les actes passés les potentialités d’un futur désirable. Un art de la divination, une poésie concrète faite de parpaing, de flammes et de gravier.

© Jacob Khrist
© Jacob Khrist
1 / 3 — © Jacob Khrist
© Jacob Khrist
2 / 3 — © Jacob Khrist
© Jacob Khrist
3 / 3 — © Jacob Khrist

Distribution et mentions

Écriture, mise en place, actions : Erwan Ha Kyoon Larcher | Voix : Erwan Ha Kyoon Larcher | Musique et son : HA KYOON | Régie générale et son : Enzo Bodo | Création lumière : Vera Martins | Régie lumière en alternance : Vera Martins / Jérôme Baudouin | Costume pyrotechnie : Ann Williams | Artificière : Marianne Le Duc | Espace scénographique : Ji Min Park et Erwan Ha Kyoon Larcher | Construction Tortue : Bigtime Studio (Marion Flament / Jimme Cloo)

— Soirée TOPO

Des morceaux de musiques peut-être, et surtout des morceaux, des fragments, des expérimentations qui tentent des rapprochements plus ou moins probables entre le corps (mobile), des matériaux ou objets (immobiles). Les espaces, les paroles sont vides et les sentiments passent comme autant de surfaces de projection pour le désir. Il y a comme des arrangements permanents : avec soi-même, et avec l’extérieur. Le temps nous fait recoller les morceaux et nous revoir.

Dates surlignées : activités ouvertes au public

Archives

mai 2022

juin 2022