exerce classe ouverte

This practice meeting proposes to open some of the master's courses to a wider public in order to share the theoretical and reflective resources proposed by the lecturers, whether artists or researchers.

Season 2021/2022 — Invited Artists

21 10 18 Pauline L Boulba Hair Pur Anne Lise Le Gac
21 10 18 Pauline L Boulba Hair Pur Anne Lise Le Gac

▪ Lundi 18 octobre de 14h à 17h — Pauline L. Boulba

"Pour cette classe ouverte, je partagerai ma démarche d’artiste, de chercheuse en danse et de militante. Revenant sur des travaux passés, je les ferai dialoguer avec mon travail actuel autour de Jill Johnston (1929-2010) et plus largement sur les pratiques lesbiennes dans l’art. À travers des lectures, des vidéos et des extraits sonores, il sera question de toucher d’un peu plus près une histoire de l’art sentimentale, kingée et fictionnée. Un après-midi comme un long goûter qui débouchera je l’espère sur une conversation avec vous autour des liens entre pratiques artistiques et pratiques militantes."

Ghys Gauportrait
Ghys Gauportrait


▪ Mardi 2 novembre de 14h à 17h — Assemblée: Faire écho/résonnerGhyslaine Gau et Olivier Marboeuf



"Ghyslaine Gau : Quelles voix nous ont modelé·e·s / Quelles voix cherchons-nous ? Quelles sont celles qui nous meuvent ?




Olivier Marboeuf : Depuis où et vers où parler ? Avec quelle voix et dans quelle perspective ? Comment parler ?

O  Marboeuf Credit Renato Cruz Santos
O Marboeuf Credit Renato Cruz Santos


Pour cette classe ouverte je propose à Olivier Marboeuf, auteur, performeur et producteur de cinéma, une intervention croisée. Nous partagerons ainsi une interprétation de nos parcours où l’expérience de l’un·e inviterait la parole de l’autre dans un jeu performatif."

Death Storlaut Dieter Hartwig
Death Storlaut Dieter Hartwig


▪ Lundi 13 décembre de 14h à 17h — Jule Flierl

En quoi la voix est-elle utile aux créateurs de danse ? Qu'est-ce qui danse dans la voix ? Alternant exercice, échange et conférence, cet atelier explorera l'écart entre l'image et le son des corps. Jule Flierl présente le genre TonTanz, qui a été conceptualisé par Valeska Gert dans les années 1920, parle de ses recherches sur l'histoire de la voix des danseurs sur/en scène et ouvre à un questionnement autour de l'authenticité de la vocalité.

Dorothee Munyaneza Bruce Clarke
Dorothee Munyaneza Bruce Clarke
22 01 10 Credits Frederic Pouillaude V2
22 01 10 Credits Frederic Pouillaude V2


▪ Lundi 10 janvier de 14h à 17h — Vers un réal-viscéralisme ?, Fait et émotionFrédéric Pouillaude et Dorothée Munyaneza


"J’ignore en quoi consiste le « réal-viscéralisme », également appelé « réalisme viscéral ». Si l’écrivain Roberto Bolaño baptise de ces deux termes le mouvement d’avant-garde (semi-fictionnel) évoqué dans ses Détectives sauvages, il se garde bien d’indiquer un quelconque contenu artistique ou idéologique, laissant en somme le label disponible pour des usages ultérieurs.




J’imagine alors que le « réal-viscéralisme » désigne la conjonction instable et inconfortable du fait et de l’émotion, le désir que la représentation sincère et fidèle de certains événements ne se sépare jamais complètement de la présentation des tripes qui les reçoivent, ou encore que l’éclat lisse et tranchant de ce qui est demeure, pour quelque temps au moins, associé au flou grouillant de nos pensées et nos possibles. Pour y voir plus clair, j’ai demandé à la chorégraphe Dorothée Munyaneza de m’aider."

Ivanaalix
Ivanaalix

▪ Lundi 7 mars de 14h à 17h — Alix de Morant et Ivana Müller

Pour cette classe ouverte, j’invite la chorégraphe Ivana Müller. Avec Ivana, il suffit souvent d’une scène vide pour commencer à philosopher et réfléchir à propos d’un futur improbable qui ne peut pas se calculer, mais peut s’anticiper. On imaginera ensemble le théâtre comme un espace où déambuler, voire une école de l’errance dont les portes seraient ouvertes sur un paysage énigmatique.

Dans son ouvrage A Field Guide to Getting Lost, Rebecca Solnit nous incite à nous laisser distancier voire à nous perdre dans l’obscurité, de sorte à mieux distinguer une lueur à l’horizon. Dès lors que l’on interroge le theatron comme ce lieu poïélitique qui transforme notre relation aux mondes visibles et invisibles, il devient possible de décélérer pour considérer ensemble depuis nos places respectives d’artiste ou de récepteur, par la disposition des corps et le partage des voix, les stratégies qui permettraient d’imaginer une suite, quand bien même il s’agirait de survivre à la catastrophe.

Avec Ivana, un échange a débuté, il y a de cela dix ans aux Pays-Bas, qui a pris diverses formes et dont nous reprenons le fil, au gré de l’actualité de ses pièces. Cette fois nous nous proposons de déplacer la conversation vers des zones sensibles et incertaines.

Isabela Santana Marc Coudrais
Isabela Santana Marc Coudrais

▪ Lundi 11 avril de 14h à 17h — Isabela Santana

Mon désir est de partager dans cette classe ouverte une façon d’articuler mon intérêt pour des danses comme le frevo et le passinho do romano (danses émergeant de contextes urbains ou du carnaval brésilien) avec ma pratique chorégraphique et comme outils de travail. L'idée est de pouvoir parler-bouger-échanger, en montrant des images, des sons et des extraits vidéo, autour de différentes généalogies de la danse qui composent mon travail: une pratique inscrite dans le corps qui se déplace constamment en relation avec les environnements, les contextes et les communautés auxquels elle appartient. Avec le recul, mon intention est de les mettre en dialogue avec mes intérêts actuels.

Useful information

→ Public: all audiences (adults)

→ Free admission on reservation (limited gauge)

Information and registration: 04 67 60 06 76 / l.combettes@ici-ccn.com

Season 2020/2021 — Invited Artists

Lundi 12 octobre — Valentina Desideri

Lundi 2 novembre Volmir Cordeiro

Lundi 30 novembre Myriam Suchet

Jeudi 21 janvier Jennifer Lacey

Lundi 29 mars Jocelyn Cottencin

Lundi 3 mai — Jérémy Damian et Joanne Clavel

Prochain RDV

Depuis 2015, dans le cadre du Master Exerce, je partage avec les étudiant·e·s artistes au travers de mon workshop « l’édition comme acte performatif » des questionnements et des outils de travail sans cesse activés dans les projets que je mène. La notion d’écriture, de format, de transfert d’un support à un autre, de la performance au film, du film à la fiction, de la fiction au texte, du texte au signe, du signe à l’espace, etc. Dans cette classe ouverte « Chanson de gestes, de l’espace public à l’expérience collective » j’essayerai de faire une cartographie lacunaire de mon travail. Il y sera question de mémoires, de formats, de typographies, de mouvements, d’espaces publics, de récits, de terrains, mais probablement pas dans cet ordre."
— Jocelyn Cottencin

Prochain RDV

exerce classe ouverte (en ligne) — Jennyfer Lacey
Jeudi 21 novembre 2021de 14h à 17h
(sous réserve des mesures sanitaires)

Depuis 2011 je mène un projet intitulé "Extended Hermeneutics" qui utilise les œuvres d’art comme système de divination dans une situation de performance de un à un. Ces performances frôlent les possibilités de construction de sens à travers les objets, nos corps et ses paroles. Dans cette classe ouverte, je propose de jouer et de tester des modalités de lecture des images, des corps, des textes et des situations pour s’approcher et ouvrir nos conceptions de l’action "lire".

— Biographie Jennifer Lacey, artiste chercheuse au master exerce, Jennifer Lacey est une artiste-chorégraphe américaine basée entre Paris et Stockholm. Son projet se situe dans une renégociation constante des moyens de production, ce qui génère des pièces et des objets toujours fondés dans la danse mais qui, parfois, ne lui ressemble plus. Ses œuvres proposent une herméneutique à la fois inventive et espiègle du corps et de ses environnements. Elle collabore et co-signe notamment avec Nadia Lauro, Wally Cardona et Antonija Livingstone. Elle tente de défaire la danse du spectaculaire tout en s’investissant dans les multiples manières dont le performatif peut se manifester, affecter et communiquer. Ses oeuvres sont produites et présentées internationalement dans les théâtres, musées, galeries et festivals. Elle a reçu le Doris Duke Impact Award ainsi que la Guggenheim Fellowship. Elle est responsable du master of choreography à l’Université des arts de Stockholm et enseigne à DDSKS, École Supérieur de Théâtre et Danse à Copenhague. Elle s’engage actuellement dans un programme post-graduate au sein de DAS Graduate school/Amsterdam University of the Arts.

exerce classe ouverte — Lundi 12 octobre Valentina Desideri de 14h à 17h, ICI—CCN

*

"Jitsi est une application libre accessible directement depuis votre navigateur web ou depuis les applications mobiles. Jitsi n'étant pas optimisé pour Safari, préférez Chrome ou Firefox. L'intervention est, de son côté, optimisée pour des corps-esprits en présence. Elle aura lieu sur place avec les étudiant•e•s du Master Exerce et nous ferons de notre mieux pour vous accueillir en même temps dans le cyberespace. En m'excusant par avance des désagréments fort probables et autres turbulences potentielles sur la ligne..."

Guest artists - Season 2020/2021

— Monday, October 12th Valentina Desideri
from 2pm to 5pm,
ICI—CCN

" I explore art making as a form of study and study as a form of making art. I see study as something we do with others in specific arrangements: the way we seek modes of knowing, that produce other possibilities of living together. I consider those forms that study takes on as an art practice. I will share in this “open class” the various forms study as already taken in my work, from the one-to-one practice of Political Therapy to the group Poethical Readings we do with Denise Ferreira da Silva as well as the practice of organizing gatherings and collective moments of study, such as the Sensing Salon or Elsewere&Otherwise at PAF (Performing Arts Forum). I also would like to expand on what I mean by “study” and introduce my initial thoughts on a practice of study that is also a practice of making, which I call Studio Practice and that I am sharing with the Exerce participants."

— Biographie Valentina Desideri is an artist that reads, writes and is committed to the organizing of different communities, including Performing Arts Forum (France). She trained in contemporary dance at the Laban Centre in London (2003–2006) and later on did her MA in Fine Arts at the Sandberg Institute in Amsterdam (2011–13) and is currently a PhD candidate at the Social Justice Institute at the University of British Columbia, Vancouver. She does Fake Therapy and Political Therapy, she speculates in writing with Stefano Harney, she engages in Poethical Readings with Denise Ferreira da Silva, she is part of the Oficina de Imaginação Política and www.ehcho.org

Guest artists - Season 2019/2020

de 14h à 17h
— ICI—CCN

Jeudi 10 octobre 2019 — Marie Preston
Quels liens existent entre la création collective, coopérative et les pédagogies alternatives ? Qu’implique d’œuvrer à plusieurs ? Marie Preston artiste et enseignante au département arts plastiques à Paris 8 apportera des éléments de réponses à ces questions à partir d’expériences artistiques actuelles en lien avec des archives liées aux écoles ouvertes et expérimentales (Grenoble, Villeneuve d'Ascq, Paris).


Vendredi 15 novembre 2019 — Ishmael Houston-Jones et Myrto Katsiki
Quelle est la place du langage et de l’écriture à l’intérieur même d’une démarche chorégraphique ?
Pour cette deuxième classe ouverte, Myrto Katsiki, chercheuse en danse à l’université Paris 8, associée au master exerce et Ishmael Houston-Jones chorégraphe et écrivain, apporteront des éléments sur des pratiques chorégraphiques qui font du langage un outil de création ou de retour critique sur le travail.


Lundi 9 décembre 2019 — Pauline Le Boulba et Laurent Pichaud
Avec qui discutons-nous quand nous sommes en création ? Comment rendre compte des multiples présences qui nous accompagnent dans nos recherches ? Comment accueillir les dérives, les affects et les émotions dans nos écritures scéniques et textuelles ? Des extraits de thèse, des fragments de journaux de bord, des images et des chansons seront partagés et constitueront la base d’un dialogue entre Pauline Le Boulba et Laurent Pichaud, tous deux artistes et chercheurs.


Mardi 28 janvier 2020Joanne Clavel
Ce que l'écologie fait à la danse contemporaine
Que peut la danse face aux écocides contemporains ? Immersion dans de multiples environnements, danses d’humains avec d’autres vivants, pratiques « en situation » et hors scène, réinvention de modèles de corps et de pensée du geste, inventions de pratiques sociales… si ces expériences sont plus ou moins à la marge des formes chorégraphiques dominantes, elles sont entrelacées avec d’autres pratiques sociales, esthétiques et politiques, qui font de la danse un terreau fertile pour penser les enjeux écologiques dans leur complexité. Comment articuler une démarche artistique singulière tout en participant à construire des communs ?


Lundi 9 mars 2020 — Lisa Nelson, Anne Lenglet et Pascal Queneau
Accords et désaccords : disséminer le Tuning score
Le Tuning score (partition d’accordage) a été créée dans les années 1970 par la chorégraphe nord-américaine Lisa Nelson, comme outil de composition chorégraphique instantané. Encore pratiquée à ce jour dans le milieu chorégraphique (y compris hors des États-Unis), la partition repose sur des appels pris en charge par chacun∙e des membres du groupe au travail (start, end, pause, repeat…). Elle permet d’une part une réflexion sur l’articulation entre la perception, l’imagination, l’attention humaine (Lisa Nelson parle aussi d’attentionography) et la pensée lors de la mise en mouvement des sujets. D’autre part, elle donne des outils pour penser la configuration collective d’une activité (les interactions, le rôle des décisions individuelles, etc.). Elle offre de ce fait les moyens d’une réflexivité quant à l’activité engagée – que celle-ci soit artistique ou relève d’une activité intellectuelle et sociale. Pascal Quéneau et Anne Lenglet proposent en effet d’explorer cette partition dans des cadres scientifiques : ils interviennent dans des séminaires de diverses disciplines à l’automne 2019, afin d’expérimenter, premièrement, comment le protocole d’arrêt, de reprise, de répétition modifie les dynamiques habituelles d’un processus de pensée ou de transmission ? Deuxièmement, comment cette partition conduit à repenser le cadre de production des connaissances, la situation pédagogique ou la construction collective de la pensée ?


Mardi 5 mai 2020Laurent Pichaud
Travailler chorégraphiquement dans des lieux non artistiquement aménagés a modifié considérablement mes manières d’être artiste chorégraphique :
— je ne m’échauffe plus, mais je me prépare à travailler
— ce n’est plus la disponibilité corporelle qui est le focus, mais la disponibilité perceptive à ce qui m’entoure et m'accueille
— ce n’est plus mes seules compétences techniques qui sont stimulées mais mon corps sensible dans son entièreté changeante
— je me situe dans le local singulier et non plus dans des lieux génériques
— je ne travaille plus qu'avec d’autres artistes dans un studio de danse ou un théâtre, mais je cohabite avec d’autres habitants qui en savent plus que moi sur l’espace environnant
— je suis à vue systématiquement et je deviens le médiateur de mon geste artistique
— je suis modifié plus que je ne cherche à modifier
— j’apprécie de n'être qu’un artiste qui a besoin de la société avec laquelle il interagit et dans laquelle il expérimente sa place et ses fonctions
Ce sont les nouveaux processus et les nouvelles pratiques issues de cette modification que je nous propose d’investir lors de cet atelier.

highlighted dates: public open activities

Archives

May 2022

June 2022