exerce classe ouverte

Ce rendez-vous d’exerce, propose d’ouvrir certains cours du master à un plus large public afin de partager les ressources théoriques et réflexives proposées par les intervenants, qu’ils soient artistes ou chercheurs.

Saison 2020/2021 — Artistes invités

Lundi 12 octobre — Valentina Desideri

Lundi 2 novembre Volmir Cordeiro

Lundi 30 novembre Myriam Suchet

Jeudi 21 janvier Jennifer Lacey

Lundi 29 mars Jocelyn Cottencin

Lundi 3 mai — Jérémy Damian et Joanne Clavel

Prochain RDV

exerce classe ouverte Jocelyn Cottencin
— L
undi 29 mars de 14h à 17h, en visio-conférence ( Lien / Code de connexion : 5akVNr)

Depuis 2015, dans le cadre du Master Exerce, je partage avec les étudiant·e·s artistes au travers de mon workshop « l’édition comme acte performatif » des questionnements et des outils de travail sans cesse activés dans les projets que je mène. La notion d’écriture, de format, de transfert d’un support à un autre, de la performance au film, du film à la fiction, de la fiction au texte, du texte au signe, du signe à l’espace, etc. Dans cette classe ouverte « Chanson de gestes, de l’espace public à l’expérience collective » j’essayerai de faire une cartographie lacunaire de mon travail. Il y sera question de mémoires, de formats, de typographies, de mouvements, d’espaces publics, de récits, de terrains, mais probablement pas dans cet ordre."

— Biographie — Jocelyn Cottencin

Issu de l’École Nationale Supérieure des Arts décoratifs de Paris, Jocelyn Cottencin n’a jamais voulu choisir entre les pratiques (vidéo, installation, performance, graphisme…) car son projet central est précisément de se tenir entre les formes pour modifier les perceptions et déplacer les attentes.

En privilégiant l’instabilité et l’indéfini, en mêlant architecture et danse, installation et performance, graphisme et arts plastiques, Jocelyn Cottencin cherche, à faire frictionner entre elles les images, assez en tout cas pour qu’elles cessent de fonctionner comme des signes trop clairs et trop sûrs d’eux-mêmes. Ainsi, à les regarder longtemps (car Cottencin croit aussi beaucoup aux vertus de la durée) on pourra peut-être, grâce à ces images qui s’hybrident à loisir, se sentir connecter autrement, autrement et mieux, c’est-à-dire plus organiquement, à l’environnement.

En savoir + ici

exerce classe ouverte — Jennyfer Lacey
— Jeudi 21 janvier 2021 de 14h à 17h
(ouvert uniquement au master exerce)

Depuis 2011 je mène un projet intitulé "Extended Hermeneutics" qui utilise les œuvres d’art comme système de divination dans une situation de performance de un à un. Ces performances frôlent les possibilités de construction de sens à travers les objets, nos corps et ses paroles. Dans cette classe ouverte, je propose de jouer et de tester des modalités de lecture des images, des corps, des textes et des situations pour s’approcher et ouvrir nos conceptions de l’action "lire".

— Biographie Jennifer Lacey, artiste chercheuse au master exerce, Jennifer Lacey est une artiste-chorégraphe américaine basée entre Paris et Stockholm. Son projet se situe dans une renégociation constante des moyens de production, ce qui génère des pièces et des objets toujours fondés dans la danse mais qui, parfois, ne lui ressemble plus. Ses œuvres proposent une herméneutique à la fois inventive et espiègle du corps et de ses environnements. Elle collabore et co-signe notamment avec Nadia Lauro, Wally Cardona et Antonija Livingstone. Elle tente de défaire la danse du spectaculaire tout en s’investissant dans les multiples manières dont le performatif peut se manifester, affecter et communiquer. Ses oeuvres sont produites et présentées internationalement dans les théâtres, musées, galeries et festivals. Elle a reçu le Doris Duke Impact Award ainsi que la Guggenheim Fellowship. Elle est responsable du master of choreography à l’Université des arts de Stockholm et enseigne à DDSKS, École Supérieur de Théâtre et Danse à Copenhague. Elle s’engage actuellement dans un programme post-graduate au sein de DAS Graduate school/Amsterdam University of the Arts.

exerce classe ouverte (en ligne) — Myriam Suchet
— Lundi 30 novembre
de 14h à 17h, en visio-conférence (accès libre)

« - Esquiouze euss, dit le campeur mâle, ma wir sind lost » : ainsi parle-t-on dans Les Fleurs bleues de Raymond Queneau. Et dire que nous nous enfermons souvent dans une seule langue, comme un poisson persuadé que son bocal est naturel ! Pourtant ces frontières n’existent pas, puisque c’est nous qui les construisons. Empruntant des textes à la littérature, des accents aux cours de français dit « langue étrangère », des mouvements aux langages des corps et des anticorps sans organes, cette intervention invite à traduire du français aux français au pluriel. Peut-on voir dans cette pratique une manière de danser « la langue », et tout ce qui s’ensuit ?


— Biobiblio

Myriam Suchet cherche, et se perd beaucoup. Son parcours littéraire s’est indiscipliné chemin faisant, quelque part entre la France et le Québec. Maître de conférence à la Sorbonne Nouvelle Paris 3, elle est membre de l’Institut Universitaire de France et travaille dans les interstices où les institutions rencontrent d’autres espaces de recherche-action-création. Elle a publié trois ouvrages : L’Imaginaire hétérolingue (Paris, Classiques Garnier, 2014), Indiscipline ! Tentatives d’UniverCité à l’usage des littégraphistes, artistechniciens et autres philopraticiens (Montréal, Nota Bene, 2016) et L’Horizon est ici. Pour une prolifération des modes de relations, (Rennes, Éditions du Commun, 2019).

En savoir +

http://histoires-courtes.fr/Suchet_Myriam
http://www.univ-paris3.fr/mme-suchet-myriam
https://www.thalim.cnrs.fr/myriam-suchet

Se connecter à la conférence

RDV : Lundi 30 novembre de 14h à 17h

→ Lien de connexion * : ICI

* "Jitsi est une application libre accessible directement depuis votre navigateur web ou depuis les applications mobiles. Jitsi n'étant pas optimisé pour Safari, préférez Chrome ou Firefox. L'intervention est, de son côté, optimisée pour des corps-esprits en présence. Elle aura lieu sur place avec les étudiant•e•s du Master Exerce et nous ferons de notre mieux pour vous accueillir en même temps dans le cyberespace. En m'excusant par avance des désagréments fort probables et autres turbulences potentielles sur la ligne..."

exerce classe ouverte — Valentina Desideri
— Lundi 12 octobre
de 14h à 17h, ICI—CCN

"J’explore la fabrication de l’art comme une forme d’étude et l’étude comme une forme de fabrication artistique. J’appréhende l’étude comme quelque chose que nous faisons avec d’autres, dans des agencements spécifiques : une manière de rechercher des modes de connaissance, qui puissent produire d'autres possibilités de vivre ensemble.

Je partagerai dans cette "classe ouverte" les différentes formes que l’étude a déjà prise dans mon travail, de la pratique du 1à1 dans Political Therapy au groupe Poethical Readings que nous menons avec Denise Ferreira da Silva ainsi que la pratique de rassemblements et de moments collectifs d'étude, comme le Sensing Salon ou Elsewere&Otherwise à PAF (Performing Arts Forum).

J'aimerais également développer, à cette occasion, ce que j'entends par "étude" dans la proposition de "Studio Practice" que je partagerai le reste de la semaine avec les participants du master exerce."


— Biographie

Valentina Desideri est une artiste qui lit, écrit et est engagée dans l’organisation de différentes communautés, incluant notamment, Performing Arts Forum (France). Elle s’est formée en danse contemporaine au Laban Center de Londres (2003-2006) et a obtenu un master en arts au Sandberg Institute à Amsterdam (2011-2013). Elle mène actuellement un doctorat au Social Justice Institute at the University of British Columbia à Vancouver. Elle pratique les Fake Therapy and Political Therapy. Elle s’adonne à l’écriture spéculative avec Stefano Harney et s’engage dans des lectures poéthiques avec Denise Ferreira da Silva. Elle fait partie de Oficina de Imaginação Política et www.ehcho.org.

Entrée libre sur réservation auprès de Lisa Combettes,
l.combettes@ici-ccn.com
→ L'intervention se déroulera majoritairement en anglais. La traduction simultanée ne pourra pas être proposée en raison des mesures sanitaires.

Infos pratiques

→ Public : tous publics (adultes)
→ Tarif : Entrée libre sur réservation (jauge limitée)

→ Informations et inscriptions (sous réserve du contexte sanitaire):
04 67 60 06 76 / l.combettes@ici-ccn.com

Artistes invités — Saison 2019/2020

de 14h à 17h
— ICI—CCN

Jeudi 10 octobre 2019 — Marie Preston
Quels liens existent entre la création collective, coopérative et les pédagogies alternatives ? Qu’implique d’œuvrer à plusieurs ? Marie Preston artiste et enseignante au département arts plastiques à Paris 8 apportera des éléments de réponses à ces questions à partir d’expériences artistiques actuelles en lien avec des archives liées aux écoles ouvertes et expérimentales (Grenoble, Villeneuve d'Ascq, Paris).


Vendredi 15 novembre 2019 — Ishmael Houston-Jones et Myrto Katsiki
Quelle est la place du langage et de l’écriture à l’intérieur même d’une démarche chorégraphique ?
Pour cette deuxième classe ouverte, Myrto Katsiki, chercheuse en danse à l’université Paris 8, associée au master exerce et Ishmael Houston-Jones chorégraphe et écrivain, apporteront des éléments sur des pratiques chorégraphiques qui font du langage un outil de création ou de retour critique sur le travail.


Lundi 9 décembre 2019 — Pauline Le Boulba et Laurent Pichaud
Avec qui discutons-nous quand nous sommes en création ? Comment rendre compte des multiples présences qui nous accompagnent dans nos recherches ? Comment accueillir les dérives, les affects et les émotions dans nos écritures scéniques et textuelles ? Des extraits de thèse, des fragments de journaux de bord, des images et des chansons seront partagés et constitueront la base d’un dialogue entre Pauline Le Boulba et Laurent Pichaud, tous deux artistes et chercheurs.


Mardi 28 janvier 2020 — Joanne Clavel
Ce que l'écologie fait à la danse contemporaine

Que peut la danse face aux écocides contemporains ? Immersion dans de multiples environnements, danses d’humains avec d’autres vivants, pratiques « en situation » et hors scène, réinvention de modèles de corps et de pensée du geste, inventions de pratiques sociales… si ces expériences sont plus ou moins à la marge des formes chorégraphiques dominantes, elles sont entrelacées avec d’autres pratiques sociales, esthétiques et politiques, qui font de la danse un terreau fertile pour penser les enjeux écologiques dans leur complexité. Comment articuler une démarche artistique singulière tout en participant à construire des communs ?


Lundi 9 mars 2020 — Lisa Nelson, Anne Lenglet et Pascal Queneau
Accords et désaccords : disséminer le Tuning score

Le Tuning score (partition d’accordage) a été créée dans les années 1970 par la chorégraphe nord-américaine Lisa Nelson, comme outil de composition chorégraphique instantané. Encore pratiquée à ce jour dans le milieu chorégraphique (y compris hors des États-Unis), la partition repose sur des appels pris en charge par chacun∙e des membres du groupe au travail (start, end, pause, repeat…). Elle permet d’une part une réflexion sur l’articulation entre la perception, l’imagination, l’attention humaine (Lisa Nelson parle aussi d’attentionography) et la pensée lors de la mise en mouvement des sujets. D’autre part, elle donne des outils pour penser la configuration collective d’une activité (les interactions, le rôle des décisions individuelles, etc.). Elle offre de ce fait les moyens d’une réflexivité quant à l’activité engagée – que celle-ci soit artistique ou relève d’une activité intellectuelle et sociale. Pascal Quéneau et Anne Lenglet proposent en effet d’explorer cette partition dans des cadres scientifiques : ils interviennent dans des séminaires de diverses disciplines à l’automne 2019, afin d’expérimenter, premièrement, comment le protocole d’arrêt, de reprise, de répétition modifie les dynamiques habituelles d’un processus de pensée ou de transmission ? Deuxièmement, comment cette partition conduit à repenser le cadre de production des connaissances, la situation pédagogique ou la construction collective de la pensée ?


Mardi 5 mai 2020 — Laurent Pichaud
Travailler chorégraphiquement dans des lieux non artistiquement aménagés a modifié considérablement mes manières d’être artiste chorégraphique :
— je ne m’échauffe plus, mais je me prépare à travailler
— ce n’est plus la disponibilité corporelle qui est le focus, mais la disponibilité perceptive à ce qui m’entoure et m'accueille
— ce n’est plus mes seules compétences techniques qui sont stimulées mais mon corps sensible dans son entièreté changeante
— je me situe dans le local singulier et non plus dans des lieux génériques
— je ne travaille plus qu'avec d’autres artistes dans un studio de danse ou un théâtre, mais je cohabite avec d’autres habitants qui en savent plus que moi sur l’espace environnant
— je suis à vue systématiquement et je deviens le médiateur de mon geste artistique
— je suis modifié plus que je ne cherche à modifier
— j’apprécie de n'être qu’un artiste qui a besoin de la société avec laquelle il interagit et dans laquelle il expérimente sa place et ses fonctions
Ce sont les nouveaux processus et les nouvelles pratiques issues de cette modification que je nous propose d’investir lors de cet atelier.

Dates surlignées : activités ouvertes au public

Archives

avril 2021

  • 6
    Par/ICI: nyamnyam
  • 6 au 9
    Pratique du matin / exerce — Carme Torrent

    → pratique maintenue, accessible uniquement aux masters exerce

    En savoir plus

  • 13
    Atelier EN COMMUN — Christine Jouve et Catherine Beziex (annulé)

    de 18h30 à 20h30, à ICI—CCN [tous publics]

    En savoir plus

  • 14
    "une maison" de Christian Rizzo (annulé)

    La Filature, Scène nationale de Mulhouse

    En savoir plus

  • 15
    Par/ICI: soirée TOPO — nyamnyam

    à 19h, ICI—CCN

    En savoir plus

  • 20
    Atelier EN COMMUN — Christine Jouve et Catherine Beziex (annulé)

    de 18h30 à 20h30, à ICI—CCN [tous publics]

    En savoir plus

  • 20 au 22
    "une maison" de Christian Rizzo (annulé)

    Dansens Hus - Nasjonal scene for dans, Oslo (Norvège)

    En savoir plus

  • 28
    Le club de danse — Marta Izquierdo Muñoz

    de 19h à 21h, à ICI—CCN [tous publics]

    En savoir plus

  • 28 au 29
    "une maison" de Christian Rizzo (annulé)

    Dansens Hus - International Scene of Contemporary Dance, Stockholm (Suède)

    En savoir plus

  • 29
    Fenêtre sur résidence — Marta Izquierdo Muñoz

    Guérillères à 19h [entrée libre] — Studio Bagouet, ICI—CCN
    → résidence maintenue, sans accueil du public

    En savoir plus

mai 2021

  • 3
    exerce classe ouverte — Jérémy Damian et Joanne Clavel

    de 14h à 17h, à ICI—CCN [tous publics / entrée libre]

    En savoir plus

  • 18 au 20
    Publications M2 — Master exerce

    Présentation publique des travaux des étudiants en 2de année

    ICI—CCN → 19h [entrée libre]

    En savoir plus

  • 27
    Fenêtre sur résidence — Sorour Darabi

    à 19h [entrée libre] — Studio Bagouet, ICI—CCN

    En savoir plus

juin 2021

  • 4
    "le syndrome de ian" de Christian Rizzo

    Opéra de Rennes
    — dans le cadre du Festival
    Big Love

    En savoir plus

  • 8 au 10
    Publications M1 — Master exerce

    Présentation publique des travaux des étudiants en 1re année

    ICI—CCN → 19h [entrée libre]

    En savoir plus

  • 11 au 17
    Résidence — Volmir Cordeiro

    Résidence autour de la prochaine création EMBRASSONS-NOUS
    à ICI—CCN Montpellier Occitanie

    En savoir plus

  • 28
    "b.c, janvier 1545, fontainebleau" de Christian Rizzo

    Musée de l’Orangerie, Paris

    En savoir plus

juillet 2021